dimanche 1 novembre 2015

La Grotte et le Jardin menacés à Malakoff


Pour l'instant ne pas diffuser cet article sur Facebook. Merci


    Comme la plupart d'entre vous le savent, surtout ceux qui me connaissent un peu, ma visite au Palais Idéal du Facteur Cheval en 1992 a été un véritable choc et révélatrice à tout point de vue. De là vient mon intérêt pour les constructions insolites, les jardins inspirés et autres architectures marginales ou autodidactes. Une forte passion qui m'a amené un jour de 1997 à la décision de bâtir à mon tour. Depuis j'ai pu édifier la Grotte-Chapelle et réaliser un jardin de mosaïques que certains d'entre vous on déjà vu et que je continue à développer.
Or ces jours-ci, j'apprends que la petite copropriété (6 appartements)  que j'habite depuis 26 ans et qui abrite mes travaux est en grave danger. En effet la commune de Malakoff a mis en place de nouveaux plans d'urbanisme (PLU). Je ne vais pas rentrer dans les détails mais en gros, notre rue est frappée d'alignement. Si je ne me bats pas, si rien n'est fait, notre maison, le jardin et tout ce qu'il abrite seront démolis pour faire place à un vaste projet de réaménagement de l'immobilier et de la voirie. Une mutation foncière comme ils disent... Visiblement certains membres du conseil municipal connaissent l'existence de la Grotte et j'ai cru comprendre que ça leur pose problème...


    En attendant je suis en train de constituer un dossier qui explique ce que sont les environnements dits singuliers, leur fragilité, leur survivance, leur avenir etc... Je vais également rassembler les articles de presse et la littérature qui parlent ou évoquent ce jardin ainsi que sa portée (même modeste) culturelle et sociale. Il m'arrive en effet de recevoir des classes, des centres aérés, des groupes ou des patients d'hôpital psychiatrique.
Pour étayer tout ça,  je souhaite aussi adjoindre une liste de soutien qui rassemble déjà de nombreux artistes, critiques d'art, responsables d'institutions et d'associations, universitaires, journalistes, directeurs de galerie, collectionneurs, amateurs d'art, passionnés etc..  Vous êtes tous les bienvenus et c'est une petite pierre supplémentaire importante pour moi.


   Nous allons très bientôt créer une association de défense du lieu pour faire face aux menaces qui pèsent sur cette maison et son jardin de mosaïques.
   Si dans un premier temps vous souhaitez que je rajoute votre nom sur cette première liste de soutien (qui n'est pas encore une pétition) ou si tout simplement vous souhaitez me contacter, je rappelle mon adresse mail : jmchesne@libertysurf.fr
   Ce n'est que le début de notre combat. Pour l'instant je n'ai que peu d'éléments précis sur les calendrier des travaux. Ce qui est certain c'est que la mairie est dans un processus de préemption progressif de toute la rue.

Dans les semaines à venir, vous serez tenus au courant via ce blog.


Pour l'instant ne pas diffuser cet article sur Facebook. Merci
                 

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour cher Monsieur, vous pouvez me compter au nombre de vos soutiens bien sûr. Je suis un ami de Bruno Montpied, et le rédacteur en chef de la revue "L'Or aux 13 îles" qui accueille des contributions liées aux arts bruts, singuliers, outsiders, etc. Bon courage.
Très cordialement,
Jean-Christophe Belotti
(j'ai une page FB et une adresse mail au besoin : jc.belotti@laposte.net)

Robert Roman a dit…

Bonjour,

Les éditions du Contentieux de Toulouse et l'association BAKOU 98 sont là aussi pour vous soutenir.
Bakou, c'était le surnom de Pascal Ulrich (1964-2009) qui consacra sa vie à l'Art Brut et au Mail Art. Il vous aurait soutenu également.
Bon courage.
Robert ROMAN
romanrobert60@gmail.com

Régis Gayraud a dit…

La ville de Malakoff, en tout cas son nom, a pour origine le projet un peu fou d’un homme atypique, Alexandre Chauvelot, ancien rôtisseur devenu lotisseur, qui avait fait reconstruire sur un terrain qu’il possédait non loin de Paris, à Vanves, la fameuse Tour de Malakoff, bastion réputé imprenable de la défense de Sébastopol, qu’avait pourtant réussi à prendre les zouaves de Mac Mahon en 1855, lors de la guerre de Crimée. C’était une sorte de Luna Park, entouré d’un quartier populaire qui se bâtissait tout autour sur des terrains que Chauvelot cédait à des ouvriers pour y construire des maisons à peu de frais. En 1870, peu après la déclaration de guerre contre les Prussiens, le maire de Vanves, Leplanquais, fait abattre la tour au grand désespoir des habitants du quartier populaire en gestation, qu’on commençait déjà à appeler les « Malakoffiots". Après la Commune, les Malakoffiots, pour la plupart favorables aux idées portées par celle-ci, parvinrent à acquérir leur détachement de la municipalité de Vanves, toujours dirigée par l’anti-communard Leplanquais, et donnèrent le nom de « Malakoff » à la municipalité nouvellement constituée. en 1883. Cent quarante cinq années plus tard, la municipalité de Malakoff, qui se dit pourtant « communiste » et héritière des Malakoffiots de 1871, s’apprête à répéter avec le jardin de Jean-Michel Chesné le même acte de vandalisme que le maire de Vanves Duplanquais en 1870.

jean-louis bigou a dit…

Bonjour Jean-Michel Chesné,
Je tiens à vous apporter tout mon soutien dans votre combat pour sauvegarder votre oeuvre. Je défend comme je peux ce genre de créations à travers mon blog "de l'art improbable aux jardins insolites".
Cordialement
Jean-Louis Bigou

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.